Média

De surprenantes révélations dans le film Shining ??

Alors que le film Doctor Sleep, la suite de Shining, est sorti dans les salles de cinéma, certains fans ont tenu à réexaminer les théories surprenantes qui entourent ce chef-d’œuvre.

L’auteur, Stephen King, n’a pas beaucoup aimé l’adaptation de Stanley Kubrick de son plus célèbre roman, allant même jusqu’à créer sa propre série télévisée de l’histoire en 1997.

King avait reproché au légendaire réalisateur Kubrick d’avoir réalisé un film tout à fait personnel de son roman de 1977. Kubrick avait refusé de lire le scénario de King et avait décidé d’en écrire un autre en compagnie de la romancière Diane Johnson.

Selon des théoriciens du complot, le film The Shining est jonché de références aux propres obsessions de Kubrick.

Et plus important encore, disent-ils, le film est la confession de Kubrick selon laquelle il avait aidé la NASA à simuler les atterrissages sur la Lune.

Le cinéaste Jay Weidner a réalisé un documentaire, intitulé Room 237, dans lequel il examine les diverses théories du complot entourant The Shining.

Il a exposé sa théorie dans un essai intitulé « Secrets of The Shining » ou « How Faking the Moon Landing Nearly Cost Stanley Kubrick his Marriage and His Life ». Il tend à démontrer que la mission Apollo a été simulée par Kubrick en personne. C’est de cet ouvrage que cette théorie, devenue si populaire, tire son essence.

Kubrick était le choix naturel, pour filmer les alunissages, en raison de son film de 1968, intitulé 2001 : L’Odyssée de l’Espace, qui paraissait plus réaliste que la séquence d’atterrissage sur la Lune en 1969.

Weidner souligne que Jack Nicholson, vedette de The Shining, a à peu près le même âge que Kubrick et ressemble, physiquement et dans son comportement, au réalisateur tout au long du film. Il fume la même marque de cigarettes. Il se fait pousser une barbe similaire et il a la même expression hagarde que l’on voit sur les photos du réalisateur pendant cette période.

Webrner prétend que Kubrick était perturbé d’avoir participé à la falsification de la mission Apollo 11.

Le personnage de Nicholson, Jack Torrance, accepte de s’occuper de l’hôtel Overlook au début du film.

Le responsable qui lui confie ce poste rappelle vaguement John F. Kennedy, le président qui a inspiré les missions sur la Lune. Et il est entouré de symboles patriotiques tels que l’aigle et le drapeau.

Le bureau du directeur est également décoré de symboles Amérindiens – un rappel que l’hôtel est situé sur un ancien cimetière, tout comme l’Amérique moderne a été fondée sur les ossements de tribus telles que les Sioux, les Cherokee et les Pawnee.

C’est aussi ici que Torrance a eu sa première vision des filles de l’ancien gardien qui sont des jumelles. Notons que cela représente une différence par rapport au roman. Weidner suggère que c’est un symbole des missions Gemini qui ont précédé le programme Apollo.

Selon Weidner, Shining renferme plusieurs autres symboles obscurs qui ne peuvent être compris qu’à la lumière des aveux de Kubrick : la tempête de neige qui entoure l’hôtel représente la guerre froide. C’est la rivalité des États-Unis avec la Russie qui a provoqué la course à l’espace.

Il y a aussi plusieurs ours cachés dans les décors de The Shining – qui sont des symboles de la Russie.

Dans une scène mémorable, le fils de Torrance, Danny, reçoit un message de la part de la présence surnaturelle qui hante l’hôtel. Alors que Danny se lève après avoir joué avec ses petites voitures sur le tapis de l’hôtel – avec son motif hexagonal en forme de « trépied », le spectateur peut voir qu’il porte un pull avec une fusée spatiale sur lequel est écrit « Apollo 11 ».

« Le public qui regarde le film voit littéralement le lancement d’Apollo 11, juste devant leurs yeux, quand Danny se relève », explique Weidner. « Ce n’est pas le vrai lancement d’Apollo 11, c’est bien sûr le lancement symbolique d’Apollo 11. En d’autres termes, ce n’est pas réel. »

Puis Danny se dirige vers la chambre la plus hantée de l’hôtel – la chambre 237.

La pièce qui a inspiré l’histoire originale est la chambre 217 de l’hôtel Stanley. Pourquoi le changer en 237 ? Parce que, selon Weidner, la distance entre la Terre et la Lune est de 237 000 miles.

Pendant ce temps, le père de Danny, Jack Torrance, travaille sur un projet d’écriture secret qu’il ne montrera pas à sa femme. Et quand elle finit par le découvrir, elle ne voit qu’une phrase, répétée encore et encore « All work and no play makes Jack a dull boy ».

Weidner a remarqué qu’en remplaçant les deux lettres « l » du mot « All » par le chiffre « 1 », cela donnait « A11 », ce qui serait une référence direct à Apollo 11.

Il explique que c’est ce conflit intérieur et cette culpabilité pour avoir menti à la police américaine qui ont poussé Kubrick à écarter Stephen King du film et à le transformer en une confession codée : « Cela explique également pourquoi Kubrick a dû dissimuler toutes ces informations cruciales dans le roman de King », dit Weidner.

« Kubrick voulait que cette histoire soit révélée, mais il craignait également pour sa vie. Kubrick a dû simuler la réalisation du roman de Stephen King afin de pouvoir révéler qu’il était impliqué dans le simulacre de l’atterrissage sur la lune ! »

C’est peut-être aussi une coïncidence extraordinaire que la suite de The Shining arrive au moment même où la NASA a annoncé sa propre suite au projet Apollo – le Projet Artemis …