Bien-être Spiritualité

Histoire, légendes et croyances sur la malachite


La malachite est l’une des plus anciennes pierres semi-précieuses utilisées par l’homme dans ses ornements.

Un disque de malachite découvert en Irak dans la vallée de Shanidar est daté de la culture Neandertal et aurait 10500 ans.
Des perles de malachite découvertes dans la ville de Jéricho en Israël auraient 9000 ans.

Dans l’antiquité, la malachite était utilisée comme pigment minéral pour réaliser des tons bleu-vert lumineux. Mais cette peinture vieillit mal et a tendance à changer de couleur.

On trouvait de la malachite incrustée dans les pectoraux des gouverneurs Assyriens et dans les sceptres des prêtres.

Les Egyptiens sont les premiers à rechercher et à utiliser intensivement la malachite. Ils exploitaient les mines de malachite dès 4000 avant J.C. Elle aurait symbolisé la joie pour les Egyptiens.
Elle était particulièrement liée à Hathor, la déesse de l’amour, la beauté, la musique, la maternité et la joie. Hathor était aussi la patronne des mineurs.

Les Phéniciens la portaient en amulette lors de leurs aventures maritimes.

Les Grecs et les Romains de l’antiquité étaient aussi très attachés à la malachite qu’ils utilisaient en bijoux, ornements, fard à paupières ou poudre médicinale.

Les généraux grecs la portaient en bracelets ou anneaux pour mener leurs hommes à la bataille. Ils étaient convaincus que la pierre les orienterait vers la meilleure stratégie pour triompher.
Les Grecs ont aussi beaucoup utilisé la malachite en architecture. Par exemple, selon la description de Pline, le temple d’Artémis a Ephese (une des 7 merveilles), était décoré de malachite.

Au moyen-âge, on pensait que la malachite protégeait du mauvais œil et pouvait soigner les maux d’estomac.

Dans certaines traductions du Nouveau Testament, la malachite serait la huitième pierre angulaire de la nouvelle Jérusalem.
Dans le christianisme, la malachite était liée à Saint François d’Assise. On pensait que la pierre pouvait permettre de comprendre le langage des animaux.

Dans la croyance populaire, qui pourrait remonter au XVème siècle, en suisse et en Savoie française, les gens étaient très attachés Aux croix réalisées en malachite. Elles étaient censées porter chance aux femmes enceintes et aux mères de famille. On pensait qu’en attachant un morceau de malachite au berceau d’un enfant, on le protégeait du mauvais œil et des mauvais rêves.

La malachite a aussi été très présente à la cour des tsars russes, en particulier pour les ornements de décoration de leurs châteaux. Tout d’abord utilisé comme bouton pour vêtements, elle prit de plus en plus de place, surtout grâce a une technique de mosaïque qui permit aux artisans russes de couvrir de grandes surfaces avec des lamelles fines et apparaissant d’un seul tenant.

Lors du premier empire de France, Napoléon possédait une table, deux chandeliers et une coupe toute en malachite offerts par un Tsar Russe pour conclure le traité de Tilsit.