Paranormal

Je violent exorcisme de Joanna

Depuis que les êtres humains croient aux démons, il ont mis en place divers moyens pour les arrêter.

Partout dans le monde, on retrouve des récits de démons et de possession démoniaque sous une forme ou une autre. Beaucoup de cultures disparates évoquent, à leurs manières, ces phénomènes et possèdent leurs propres moyens d’éloigner ces démons néfastes.

L’une des méthodes les plus fermement ancrées dans la conscience populaire à travers d’innombrables films d’horreur est celle de l’exorcisme, dans laquelle un prêtre ou une autre personne sainte combat les forces obscures au-delà de notre compréhension. Pourtant, dans cette bataille, il y a souvent des victimes. En effet, parfois ces exorcismes tournent mal et déraillent, entraînant la folie et la mort de la victime. Voici l’une de ces histoires.

Il est triste que l’on sache très peu de choses sur la vie de la femme nommée Joanna Lee, également connue sous le nom de Keum Ok Lee, à part qu’elle aurait grandi orpheline en Corée du Sud et, selon tous les témoignages, elle a eu une vie quelconque. Elle était l’une de ces personnes qui est d’une certaine manière invisible, avec peu d’amis et rien de notable dans sa vie qui aurait la faire sortir du lot. Elle était également une cible parfaite pour quelqu’un qui cherchait à la manipuler et à l’endoctriner dans un culte, et elle a trouvé cette personne chez le pasteur Luke Lee 38 ans (aucun lien de parenté). Après l’avoir rencontré, elle s’est envolée pour la Nouvelle-Zélande avec lui, afin de rejoindre son ministère. En réalité il s’agissait davantage d’un culte, appelé « The Lord of All ».

Le pasteur Lee avait un passé haut en couleur.

Ancien directeur d’une entreprise de fabrication de voitures, il avait un jour, en 1994, soudainement divorcé de sa femme de l’époque, emballé tous ses biens matériels et s’était dirigé vers la Nouvelle-Zélande afin d’étudier la religion et de commencer une nouvelle vie. Il était arrivé avec un visa étudiant après s’être inscrit au Advance Ministry Training Centre, à Henderson. L’ancien bouddhiste Lee a ensuite trouvé sa voie dans le christianisme. Il est devenu fanatique, presque extrémiste dans ses croyances. Il a d’abord été affilié à l’église de l’Assemblée de Dieu à Takapuna. C’est pendant cette période qu’il rencontrera sa nouvelle épouse, Mi Young Lee, et il étudiera au Advance Ministry de 1995 à 1997 avant de retourner en Corée du Sud pour une période de 18 mois afin de s’occuper des affaires en suspens. Il retourna ensuite en Nouvelle-Zélande et devint un pasteur ordonné. Il étudia un certain temps à la Fowey Lodge Bible School à Howick, puis enregistra officiellement son propre ministère, le Lord of All Church.

C’est en 1999 alors qu’il était en Corée qu’il rencontra Joanna Lee, qui finit par aller en Nouvelle-Zélande avec un visa d’étudiant de 3 mois en 2000 pour étudier sous sa direction. Elle finit par vivre avec le pasteur Lee, sa femme et quelques autres des membres coréens de sa congrégation. L’église elle-même comptait environ 20 membres de différentes nationalités et était connue pour ses croyances et pratiques étranges, y compris le jeûne fréquent, les rituels douteux tels que se laver les cheveux coupés à l’alcool. Ces pratiques inhabituelles soulevaient beaucoup d’inquiétudes parmi les habitants. Une personne vivant dans le quartier de l’église avait déclaré aux agences de presse :

« Ils sont étranges, point final. Il y a des chants, des délires et des couinements – des cris violents. Je suis sorti une nuit parce que je pensais que quelqu’un était attaqué, mais c’était une femme et un homme qui criaient aussi fort qu’ils le pouvaient pendant cinq minutes. »

Ce n’était pas des réunions d’église typiques à l’époque. Joanna avait son billet de retour. Mais, elle ne rentra pas chez elle puisque le pasteur Lee était devenu convaincu qu’elle était possédée par jusqu’à 20 démons.

Il n’est pas clair quand le pasteur Lee est devenu convaincu qu’elle était possédée par jusqu’à 20 démons. En décembre 2000, un exorcisme fut organisé pour essayer de tous les chasser. Dans ce cas, le pasteur Lee a utilisé un rituel de « Délivrance ». Il suivit une procédure peu orthodoxe composée de méthodes chocs visant à effrayer les démons. Pour cela, il hurlait, criait et utilisait de la violence physique contre la possédée pour faire fuir les hôtes démoniaques.

C’était la voie à suivre pour exorciser les démons au sein de l’église Lord of All.

Pour se préparer à l’exorcisme, Joanna dut jeûner pendant 3 jours complets et durant cette période, elle n’était pas autorisée à dormir. Elle arriva donc, le jour de l’exorcisme, affaiblie, fatiguée et épuisée physiquement et mentalement. Selon des témoignages ultérieurs, plusieurs des démons se sont révélés difficiles à déloger, exigeant que le rituel se poursuive pendant plus de 24 heures d’affilée. Pendant ce temps, il a été affirmé que Joanna avait commencé à parler dans des langues qu’elle ne connaissait et dans des voix caverneuses et grondantes qui n’étaient pas les siennes. Les démons se battaient pour garder le contrôle, ce qui força le pasteur Lee à prendre des mesures plus extrêmes. Il aurait demandé à la congrégation de restreindre physiquement Joanna contre sa prétendue force surhumaine. Croyant que les démons étaient détenus dans son ventre, il sauta littéralement sur la pauvre femme qui criait. Lorsque les démons s’enfuierent pour remonter dans sa gorge et sa tête, il s’est alors mis à l’étrangler dans le but de purger ces forces sombres alors que Johanna lui criait de s’arrêter et essayait de retirer ses mains. Pendant toute la durée de cet exorcisme, personne n’a bougé pour intervenir, convaincu que leur chef savait ce qu’il faisait.

Au final, après près de 48 heures de ce violent « exorcisme », Joanna Lee était morte.

Alors que sa congrégation effrayée se rassemblait pour regarder avec horreur le cadavre de la femme, le pasteur Lee leur assura que c’était le diable qui l’avait tuée, mais que tout n’était pas perdu. Selon lui, ils pouvaient utiliser un rituel et des « prières de résurrection » pour la faire revivre. Au cours des 6 jours suivants, le pasteur Lee pria sur le corps en décomposition de Johanna, toujours certain qu’elle se relèverait. C’était peut-être la puanteur de la chair et l’horreur naissante de ce qui se passait qui, à ce stade, ont finalement contraint l’un des disciples de Lee à contacter la police, et quand ils sont arrivés, ils ont trouvé le cadavre de Joanna très décomposé et noirci. Elle avait de fortes ecchymoses sur la poitrine et de nombreux os cassés. Même après son arrestation et son procès ultérieur, Lee était sans remords et convaincu que Johanna allait ressusciter des morts comme il l’avait proclamé. Elle avait juste besoin de plus de temps. Un policier déclara à Inside China Today :

« [Lee a dit] qu’elle allait reprendre vie et que ça allait faire la une de l’actualité mondiale. Jusqu’à la fin de l’affaire, il a soutenu que Joanna allait revenir et être rajeunie et ressuscitée – il était très dévoué dans ce en quoi il croyait. »

Malheureusement pour Lee, Joanna n’est pas revenue à la vie comme prévu et il fut poursuivi pour homicide involontaire, et fut condamné à une peine de 6 ans de prison. Il fut ensuite renvoyé en Corée après sa libération. Cependant, un appel en avril 2006 a permis Lee de retrouver sa liberté. En effet, il fut constaté que Joanna était spécifiquement consciente des risques et avait consenti à l’exorcisme. Malheureusement, personne n’est venu réclamer le corps de Joanna, puisqu’elle avait vécu discrètement. Son corps a donc reçu un service approprié par la communauté coréenne d’Auckland puis incinéré. Les cendres n’ont, à ce jour, pas été réclamées.

Il n’est pas totalement certain de ce qui s’est passé pendant cet exorcisme fatidique, ni de quelles sortes de folie s’étaient emparées de ces personnes.

Beaucoup de membres de la congrégation ont été réticents à en parler, et seuls quelques-uns ont été disposés à témoigner de ce qui s’est passé. Les accusations des dernières années selon lesquelles le pasteur Lee était un arnaqueur et qu’il avait déserté son service militaire obligatoire dans son pays d’origine n’ont pas adouci sa perception de lui.

Pour beaucoup, cette affaire ressemble davantage à un crime sanguinaire plutôt qu’à une véritable tentative d’exorcisme.

Ce n’est pas la première fois qu’un exorcisme tourne mal et ce ne sera certainement pas le dernier.