Paranormal

La maison hantée de Saint Ursule

Depuis qu’il possède sa maison à Sainte-Ursule, l’auteur Richard Martin est témoin de phénomènes inexplicables – ou plutôt paranormaux – à l’intérieur même des murs de son domicile.


L’Ursulois a toujours su mettre à profit sa créativité sur un fait vécu depuis qu’il a rédigé son premier ouvrage. Le troisième roman qu’il vient de publier, Nous ne sommes pas seuls chez nous, est d’ailleurs entièrement consacré à une histoire fictive qui se déroule toutefois dans une maison existante de Sainte-Ursule.

Cette histoire est basée sur de réels phénomènes paranormaux. «C’est n’est pas une histoire qui tombe dans l’épouvante, ni dans l’horreur. C’est un jeune couple qui s’achète une maison centenaire et ça grouille un peu. Les personnes se rendent compte qu’il y a possiblement un esprit à l’intérieur. Mon personnage principal développe des dons, des pouvoirs de voyance insoupçonnés. Ça joue beaucoup dans le monde paranormal. L’histoire se déroule à Sainte-Ursule par choix», détaille Richard Martin.

Toujours dans le but d’ajouter une touche locale à cette histoire, l’auteur a consacré la page couverture de son roman à sa maison personnelle. «Les gens connaissent beaucoup cette maison. Elle a appartenu au même couple durant près de 75 ans. C’était un peu les parents de tout le village. Cette résidence possède un cachet particulier et est importante à Sainte-Ursule. Ça grouille dedans et je me suis inspiré de ce qui grouillait chez nous pour écrire. L’histoire est vraiment fictive, mais les phénomènes décrits sont ceux que je vis», précise l’auteur.

Les phénomènes paranormaux, quels qu’ils soient, sont intrigants. Richard Martin a réussi à marier ce terrain de jeu à un projet d’écriture dont il est très fier. «J’avais le goût d’aller jouer là-dedans un peu. Les gens ont le goût de savoir et d’en apprendre plus. Que l’on croit ou non à ça, on est toujours un peu curieux! J’alimente la curiosité des gens et j’espère qu’ils aimeront mon livre».

Résumé

Lorsqu’on achète une maison centenaire, on est en droit de s’attendre à des surprises, belles ou moins belles: des trésors cachés dans les murs, des foyers recouverts, des pièces secrètes, un plancher abîmé, un toit pourri, etc. Une bonne inspection peut nous protéger contre la plupart des mauvaises surprises. Cependant, rien ne peut nous protéger contre la présence d’une entité dans une demeure ancienne. Si une telle chose arrive, il est à souhaiter que ce soit un esprit gentil…Richard Martin présente une histoire fictive à laquelle plusieurs lecteurs pourront peut-être s’y retrouver.

Ce troisième roman Nous ne sommes pas seuls chez nous est disponible à la Boucherie Dauphin de Sainte-Ursule, à la bibliothèque locale, à l’Imprimerie Giguère et dans les librairies de la région sur commande. M. Martin travaille présentement sur un projet d’écriture d’un recueil d’histoires variées en temps réel. Ce livre sera publié en 2017.