Paranormal

La malédiction de Superman au cinéma !

Les malédictions semblent pouvoir prendre de nombreuses formes. Certaines sont particulièrement étranges et semblent toucher des productions cinématographiques.

L’une des malédictions les plus célèbres dans la culture populaire est liée à l’un des personnages de DC Comics, Superman. C’est apparemment une malédiction qui touche tous ceux qui ont un rapport avec ce superhéros. Elle est d’ailleurs connue sous le nom de « Malédiction de Superman ».

La prétendue « Malédiction de Superman » peut être retrouvée jusqu’à l’origine et à la création du personnage par les auteurs de bandes dessinées Jerry Siegel et Joe Shuster.

Il a parfois été remarqué qu’ils sont peut-être les premiers à avoir subir les foudres de cette malédiction. En effet, leur personnage n’a fait que commencer à devenir populaire et à rapporter de l’argent qu’après qu’ils aient vendu les droits de leur société à DC Comics pour seulement 130 dollars. Siegel et Shuster essayèrent ensuite de revendiquer certains droits légaux de propriété et des royalties, mais ils ne parvinrent jamais à en tirer quoi que ce soit. Finalement, ils ne reçurent presque jamais un centime pour leur célèbre création iconique. Siegel s’était désespéré de cette situation : « Je ne peux pas supporter de regarder une bande dessinée de Superman. Cela me rend physiquement malade. J’aime Superman, et pourtant, pour moi, il est devenu un extra-terrestre. »

Dans les années qui suivirent, les deux auteurs furent confrontés à des difficultés financières. Shuster souffrit également d’une myriade de problèmes médicaux, notamment une perte de vision qui l’empêchait de dessiner et de gagner sa vie. Bien qu’ils aient finalement obtenu que leurs signatures apparaissent dans les travaux de Superman, ils furent payés avec un salaire dérisoire et vécurent presque dans la pauvreté toute leur vie. On se demande alors si cela faisait partie d’une malédiction ou simplement de la malchance et d’une mauvaise décision.

Que la « malédiction » ait commencé avec Siegel et Shuster ou non, elle ne s’est certainement pas arrêtée.

Dans nombre de cas, les personnes supposément touchées étaient des acteurs associés d’une certaine manière à la série télévisée, à l’animation et au film. Dans les années 1940, Superman fit sa première apparition à la télévision sous la forme d’une série de deux feuilletons en noir et blanc à petit budget mettant en vedette l’acteur Kirk Alyn dans le rôle de Man of Steel.

Ce rôle n’a pas lancé sa carrière, mais l’a plutôt détruit.

Quand la série se termina, Alyn se retrouva presque sans emploi, incapable de décrocher d’autres rôles que des petits rôles ou des voix off pour de la publicité, tout simplement parce qu’il était associé à Superman. Personne ne connaissait vraiment son nom. Son nom ne figurait même pas au générique de la série dans laquelle il était apparu. Dans les années qui suivirent, il fut touché par la maladie d’Alzheimer et il mourut en 1999 dans l’anonymat. Il ne se remit jamais de ce rôle. Il affirma plus tard que Superman avait ruiné sa vie.

La malédiction aurait ensuite refait surface lorsque la première série animée de Superman a été diffusée de 1941 à 1943, avec le personnage joué par Bud Collyer.

Bien que rien ne lui soit arrivé à ce moment-là et qu’il ait connu un succès certain en tant qu’animateur du jeu télévisé To Tell the Truth, les choses se sont détériorées plus tard dans sa vie. En 1966, une nouvelle série animée de Superman intitulée The New Adventures of Superman fut lancée. Collyer fut invité à reprendre son rôle emblématique. Quelques années à peine après avoir pris ce poste, il tomba soudainement malade d’une affection circulatoire grave et inattendue et succomba rapidement à l’âge de 61 ans.

À ce moment-là, on ne parlait pas encore de malédiction. Mais la situation changea bientôt après que l’acteur George Reeves joua la rôle de Superman dans un film de 1951 intitulé « Superman and the Mole Men », ainsi que pour une série télévisée de Superman diffusée de 1952 à 1958.

Bien qu’il ait eu une longue carrière au cinéma avant ce rôle, sa carrière périclita après son apparition dans le film et la série, comme s’il était catalogué, de la même façon que Kirk Alyn. Il trouva de moins en moins de rôles sans rapport avec Superman, et même quand il apparaissait dans des films, les gens ne pouvaient tout simplement pas le séparer du personnage emblématique qu’il avait joué.

Il allait sombrer dans une profonde dépression et fut le premier à exprimer l’idée qu’il avait été littéralement maudit par le rôle de Superman. Le 16 juin 1959, juste un jour avant son mariage, il fut retrouvé mort chez lui après qu’il se soit tirer une balle alors que sa petite amie et ses amis organisaient une fête en bas. Officiellement, cet acte était considéré comme un suicide, bien que les empreintes digitales de Reeves ne furent pas retrouvées sur le pistolet. Des rumeurs et des théories du complot ont rapidement surgit, certains affirmant qu’il s’agissait d’un acte criminel.

C’est la mort de Reeves et le fait qu’il ait parlé de malédictions dans les jours précédents sa mort qui donneraient véritablement l’idée d’un « maléfice de Superman ».

C’est à ce moment-là que le public a commencé à spéculer sur le fait qu’il pourrait y avoir quelque chose. Cela fut renforcé par la prochaine victime de cette « malédiction ». Elle est peut-être la victime la plus connue de cette malédiction. Il s’agit de Christopher Reeve que beaucoup considèrent comme le Superman par excellence. Il apparut dans plusieurs films : Superman: The Movie (1978), Superman II (1980), Superman III (1983) et Superman IV: The Quest for Peace (1987). Reeve incarnerait véritablement le super-héros populaire jusqu’à ce que son image soit inextricablement liée à Superman, et c’est peut-être pour cela qu’il attira l’attention de cette terrible malédiction.

Comme ses prédécesseurs, il trouva peu de travail mémorable en dehors du rôle qui l’avait rendu célèbre.

Il était surtout relégué dans des petits rôles ou des rôles liés à Superman, mais il réussit à maintenir sa carrière à flot et ce serait le moindre de ses soucis puisque la malédiction commençait son sombre dessein. En dehors du cinéma, Reeve était un passionné d’équitation et participait souvent à des événements équestres.

Cependant, le 27 mai 1995, un de ces événements allait tragiquement se dérouler.

L’acteur fut éjecter de son cheval et se brisa le cou. Cet accident le paralysa du cou jusqu’en bas. Certains témoins ont affirmé que ses mains s’étaient étrangement emmêlées dans les rênes. Il n’avait donc pas pu éviter ce terrible choc à la tête. Reeve ne marcha plus jamais et il devint un ardent défenseur du traitement et du soutien des personnes souffrant de paralysie. Pourtant, sa vie a été tragiquement interrompue à l’âge de 52 ans lorsqu’il est décédé le 10 octobre 2004 des suites de complications cardiaques et pulmonaires liées à un cancer et à la réaction aux médicaments qu’il prenait pour son état.

Assez étrangement, son épouse Dana Reeve développa un cancer du poumon peu de temps après et mourut 2 ans plus tard à l’âge de 44 ans.

Il semble que le supposé maléfice semble avoir vraiment visé le film de Superman de 1978, Reeve n’étant pas la seule victime présumée de cette production maudite. Plusieurs acteurs qui apparurent dans le film connurent une multitude de malheurs pendant et après la production. Margot Kidder, qui a interprété l’amoureuse de Superman, Lois Lane, a connu toutes sortes d’ennuis dans sa vie après ce rôle. Sa carrière a dégringolé, son trouble bipolaire s’aggrava et un accident de voiture en 1990 la laissa partiellement paralysée et incapable de trouver du travail. Elle commença à prendre de la drogue et de l’alcool et, en 1996, elle eut des problèmes mentaux. Elle disparut pendant plusieurs jours avant d’être retrouvée dans un état de délire. Elle se coupa les cheveux en quatre et divagua affirmant que son mari voulait la tuer. La vie de Kidder continua de se détériorer et elle devint incontrôlable jusqu’à sa mort, le 13 mai 2018, d’une surdose d’alcool et de drogues.

Le célèbre acteur Marlon Brando, qui interprétait le père de Superman, Jor-El dans le film de 1978, fut également maudit. Après le film, la vie de Brando traversa des périodes tumultueuses. Son fils tua par balle le petit ami de sa sœur enceinte de sept mois. Il fut envoyé en prison en 1990. Sa fille se suicida en 1995 et Brando commença à vivre reclus. Il était indiscipliné, et il était presque impossible de travailler avec lui. Cet acteur, jadis intouchable, a vu sa célébrité disparaître jusqu’à sa mort en 2004, soit trois mois à peine avant la mort de Christopher Reeve. Même l’acteur qui avait joué Superman bébé dans le film de 1978 souffrit de la malédiction. En effet, Lee Quigley décéda en 1991 à l’âge de 14 ans après avoir fait une overdose à la suite de l’inhalation d’aérosols et de gaz nocifs.

Il avait pris ces substances pour se débarrasser des intimidations dont il avait fait l’objet pour son rôle unique dans un film. La malédiction s’étendrait aussi aux suites des films de Superman en 1978. Le comédien Richard Pryor apparut dans Superman III en 1983 et développa de graves problèmes de consommation de drogues. Il attrapa la sclérose en plaques et décéda le 10 décembre 2005 à l’âge de 65 ans.

Bien que la série la plus célèbre de films de Superman ait été particulièrement touchée par cette malédiction, les séries télévisées et autres produits dérivés ne furent pas épargnés. La production sur DVD du film de 2006 de Bryan Singer, Superman Returns, fut entachée de toutes sortes d’accidents anormaux, d’incidents et de malchances, notamment de blessures sur le plateau et même d’une agression. Kate Bosworth, qui joua le rôle de Lois Lane, blâma la malédiction Superman pour sa rupture avec l’acteur Orlando Bloom et d’autres malheurs personnels.

Plus tard, il y a eu la série télévisée Smallville, mettant en vedette l’actrice Allison Mack, qui interpréta le rôle de Chloe Sullivan. Celle-ci fut arrêtée en 2018 pour trafic sexuel et travail forcé.

Il est difficile de dire si tout cela est attribuable à une sorte de malédiction surnaturelle. Les productions cinématographiques emploient tellement de personnes qu’il y a forcément des morts, des malheurs et des accidents de temps en temps

Les sceptiques pensent que le nombre de malheurs qui a touché le film Superman n’est pas plus élevé que ce qui pourrait arriver à un échantillonnage de population pris au hasard.

L’une des victimes présumées, Margot Kidder, a longtemps dénoncé l’idée qu’il y avait une telle malédiction derrière ce qui lui est arrivée. L’acteur Henry Clavill, qui a récemment joué Superman dans Man of Steel (2013), Batman v Superman: Dawn of Justice (2016) et Justice League (2017), s’est exprimé à propos de cette malédiction infâme :

« Eh bien, je veux dire, honnêtement, je ne crois pas qu’il y ait une malédiction. Je pense qu’il y a eu un peu de malchance dans le passé, surtout en ce qui concerne les chevaux, et je ne veux pas dire cela pour rire. Ma fiancée est une cavalière de spectacle de niveau international et je connais tous les risques que cela comporte. Vous pouvez tomber 1 000 fois et être tiré à travers des clôtures, puis la seule fois où vous rentrez chez vous dans la cour, il suffit de surprendre le cheval, vous êtes parti et vous tombez dans le mauvais sens. Il n’y a de la malchance, mais je ne pense pas que ce soit une malédiction. »

Bien sûr, il y a probablement une explication rationnelle à tout cela. Pourtant, la malédiction de Superman reste spéciale car elle est devenue si connue et mêlée d’évènements inquiétants.