Horreur Média

Le sérial killer fantôme !

Ces crimes restent les plus effrayants et les plus sinistres jamais résolus que l’État ait jamais connu

Il est troublant de constater combien de meurtres mystérieux non résolus ont été commis, leurs auteurs n’ayant jamais été retrouvés, errant toujours dans la nature et sans jamais avoir subi les conséquences de leurs méfaits.

De telles affaires instillent un profond sentiment de malaise, les morts n’ayant jamais été expliquées ou leurs auteurs n’ayant jamais répondu de leurs actes, la justice ne pouvant donc pas être saisie.

La ville de Santa Rosa, dans le comté de Sonoma, en Californie, n’a été le théâtre que d’une seule série de meurtres horribles, qui aura ensuite bouleversé cette communauté normalement pacifique et qui sont restés inexpliqués à ce jour.

Ce qui allait devenir les meurtres de l’auto-stoppeur de Santa Rosa est censé avoir commencé le 4 février 1972, lorsque deux filles de 12 ans nommées Maureen Sterling et Yvonne Weber ont disparu sans laisser de traces peu de temps après s’être rendue à la patinoire de Redwood Empire. Les seuls témoins à l’époque avaient dit avoir vu les filles faire de l’auto-stop sur la route de Guerneville, juste au nord-ouest de Santa Rosa, vers 21 heures ce soir-là. Mais à part cela, il n’y avait pas d’indice et l’affaire était restée complètement au point mort jusqu’à presque un an plus tard.

Le 28 décembre 1972, les restes du squelette des deux filles ont été retrouvés au fond d’un talus escarpé au large du chemin de Porter Creek. Il n’y avait aucun indice ni aucune cause certaine de la mort, mais elles étaient nues et avaient apparemment été assassinées. Étant donné que les corps avaient été transportés dans un fossé avant d’être jetés sur le talus, la police a supposé que le coupable était très fort physiquement ou qu’il n’avait pas agit seul.

Les autorités ont immédiatement craint qu’un tueur en série puisse être à l’œuvre. Leurs soupçons prirent une tournure monstrueuse lorsqu’ils associèrent ces morts à un autre meurtre, juste un mois après la disparition de Sterling et Weber. Le 4 mars 1972, Kim Wendy Allen, étudiante âgée de 19 ans, a été vue en train de faire de l’auto-stop à l’entrée de Bell Avenue Freeway alors qu’elle se rendait à un cours du soir après avoir terminé son travail au magasin d’alimentation. Elle n’arrivera jamais à destination. Son corps nu fut retrouver par deux lycéens le 5 mars de cette même année. Il était dans le lit d’un ruisseau à 8 miles au sud de Santa Rosa. L’autopsie démontra que elle avait été brutalement liée par les poignets et les chevilles. Elle avait été violée et impitoyablement torturée avant de mourir d’une lente strangulation faite à l’aide d’un fil ou d’un cordon.

Les disparitions et les morts n’ont cessé de se poursuivre à partir de là.

À peine un mois après la mort de Sterling, Jeannett Kamahele, âgée de 20 ans, disparut sans laisser de traces après avoir fait de l’auto-stop à une trentaine de kilomètres de l’endroit où le corps d’Allen avait été découvert. Bien que le corps de Kamahele n’ait jamais été retrouvé, les autorités étaient convaincues qu’il y avait un lien. Les choses devinrent encore plus sinistres lorsque, le 11 novembre 1972, Lori Lee Kursa, âgée de 13 ans, disparut après s’être enfuie délibérément de chez elle. La dernière fois qu’elle avait été vue, elle faisait du stop. Le 14 décembre, son corps fut retrouvé dans un profond ravin au large de Calistoga Road, dans le nord de Santa Rosa. Son cou avait été brisé avec force. Son corps ne montrait aucun signe de viol. Dans cette affaire, un témoin potentiel avait déclaré avoir vu Kursa entraînée dans une camionnette par deux hommes, dont un homme blanc ayant une coiffure de style afro. Hélas cet indice ne mena à rien.

Il semble qu’il était très vraisemblable que tous ces meurtres et ces disparitions soient liés. Peu après, Carolyn Nadine Davis, âgée de 14 ans, disparut après avoir fait de l’auto-stop près de la bretelle de l’autoroute 101 le 6 février 1973. Son corps fut ensuite retrouvé exactement au même endroit, au large du même talus, où avaient été découverts les cadavres de Sterling et de Weber. Cette fois-ci, la cause de la mort était probablement due à un empoisonnement à la strychnine. Un détail très étrange sur cette mort particulière était qu’un symbole utilisé dans la sorcellerie, formé avec des brindilles imbriquées et appelé un « porteur d’esprit », avait été retrouvé à côté de son corps sans vie. Plus tard la même année, le 22 décembre 1973, Theresa Walsh, âgée de 23 ans, disparut à son tour en faisant de l’auto-stop à la hauteur de la plage de Zuma Beach, à Malibu, en direction de Garberville. Son corps fut retrouvé six jours plus tard à Mark West Creek, après qu’elle ait été ligotée, battue, violée et étranglée.

Il y avait suffisamment de similitudes entre ces morts pour que la police et le FBI soient fermement convaincus qu’ils avaient tous été perpétrés par le même auteur. La liste des victimes potentielles ne faisait que s’allonger, de nombreux autres meurtres ont été perpétrés et les restes non identifiés de victimes furent découverts. Ces crimes étaient attribués au même meurtrier au fil des ans, puisque beaucoup avaient les mêmes caractéristiques que les autres. À chaque fois, les victimes avaienr été violées, étranglées et jetées sans cérémonie dans des ravins ou sur des talus escarpés.

Au total, il y a eu au moins 8 morts et disparitions supplémentaires soupçonnées d’être liées aux autres, et les autorités étaient à la recherche de réponses, d’indices et de suspects.

Un suspect potentiel apparut en 1976, lorsqu’un professeur d’écriture créative du Collège de Santa Rosa, Fredric Manalli, dont la victime, Kim Allen, avait été son étudiante, est mort dans un accident de voiture. Derrière lui, des indices terrifiants furent trouvés qui le liait potentiellement au meurtre de cette dernière. Il s’avéra que Manalli entretenait une obsession démentielle pour Allen. Il avait réalisé de nombreux dessins à caractère sexuel la représentant. De plus, il se trouva en possession de divers objets étranges et pervers, tels que des photos de lui se travestissant, une mèche de cheveux qu’il avait gardés avec effroi dans son portefeuille, et une pléiade d’écrits parlant de sadomasochisme, d’esclavage sexuel et de torture sexuelle. Il semblerait que ce professeur aux manières douces avait des squelettes dans son placard. Finalement, il s’est avéré qu’il n’y avait aucune preuve concrète qu’il était lié à la mort de Allen, ni qu’il était impliqué dans les autres assassinats.

En l’absence de suspects solides, les enquêteurs se tournèrent vers des tueurs connus, dont beaucoup étaient encore en liberté en Californie à l’époque. L’une des hypothèses était que c’était tout le travail du célèbre tueur du zodiaque, qui affirmait avoir tué 37 personnes dans la région de San Francisco au cours de la même période que les meurtres de Santa Rosa. Seulement, il n’existait aucune preuve solide à cet effet. L’infâme tueur Ted Bundy, qui avait avoué avoir violé et tué des dizaines de femmes dans tout l’Ouest du pays, avait également revendiqué au moins 100 meurtres avant son exécution. On savait que Bundy suivait un rituel similaire à celui de Santa Rosa, puisqu’il violait, déshabillait, étranglait et jetait les restes de ses victimes près des routes. Il a affirmé qu’il avait commis ses méfaits de 1969 jusqu’à sa capture en 1978. Un détective de la police, Robert Keppel, s’exprima sur l’hypothèse que le meurtrier puisse être Bundy :

« Bundy est certainement un bon suspect. Les tueries à Santa Rosa correspondaient à ses méthodes, il a passé du temps dans la région et je suis sûr qu’il a commencé à tuer bien avant 1974. C’était un marché ouvert pour Bundy. »

Malgré cela, il y avait peu de preuves permettant de situer Bundy dans la région de Santa Rosa au moment des meurtres. En fait, il était probablement à Washington et l’affaire était toujours dans l’impasse. D’autres suspects ont également été poursuivis. L’un d’entre eux, Arthur Leigh Allen, était un homme de Vallejo, propriétaire d’une caravane située à Santa Rosa. Il était un ancien étudiant de la Sonoma State University et avait été reconnu coupable de pédophilie. Fait intéressant, il avait également été considéré comme un suspect dans les meurtres du Zodiac. Cette piste avait été écartée puisqu’il n’y avait pas suffisamment de preuves. Allen n’a jamais pu être lié aux meurtres de Santa Rosa non plus, et son implication potentielle dans ces meurtres reste un mystère.

Une autre théorie est qu’il s’agissait d’un culte occulte ou satanique opérant dans la région.

Le symbole faisant référence à la sorcellerie y fait allusion, tout comme le fait que tous les corps aient été jetés du côté Est de la route, considérés comme ayant une sorte de signification occulte. Cela laisserait penser que les victimes étaient des êtres humains ayant été sacrifiés à une force obscure. Encore une fois, il n’y avait aucune preuve concrète pour accréditer cette hypothèse.

En fin de compte, ce tueur fantôme n’a jamais été attrapé et les meurtres n’ont jamais été résolus. Ces crimes restent les plus effrayants et les plus sinistres jamais résolus que l’État ait jamais connu.